vieillir

vieillir [ vjejir ] v. <conjug. : 2>
• 1216; « s'user » 1155; de vieil, vieux
I V. intr.
1Prendre de l'âge, s'approcher de la vieillesse; continuer à vivre, vivre alors qu'on est déjà vieux. « Plus on vieillit, plus il faut s'occuper » (Voltaire). Loc. Savoir vieillir : savoir s'adapter aux conditions de son âge, supporter son âge.
Par ext. Demeurer longuement (dans un état, une situation). Vieillir dans un métier (cf. Blanchir sous le harnais).
2Acquérir les caractères de la vieillesse; changer par l'effet du vieillissement. se décatir, décliner (cf. fam. Prendre un coup de vieux). Elle vieillit beaucoup en ce moment. Il a beaucoup vieilli depuis sa maladie. Rare Elle est vieillie. Par anal. Visage qui vieillit. « Le cœur seul ne vieillit pas » (Flaubert). Biol. Subir les modifications organiques du vieillissement (de tous les êtres vivants).
3(XVIe; par anal.) Perdre de sa force, de son intérêt, avec le temps. Livre, philosophie qui a vieilli, ne vieillit pas (cf. Ne pas prendre une ride). Les religions « s'apaisent en vieillissant » (France). « les sentiments aussi vieillissent » (A. Gide). Spécialt Être en voie de disparition. Mot, expression, locution qui vieillit.
4Acquérir certaines qualités, par le temps (produits). Laisser, faire vieillir un fromage ( affiner) , du vin, des alcools. Ce vin a bien vieilli, il a développé ses qualités avec le temps.
II V. tr. (XIIIe)
1Rendre vieux, plus vieux; faire paraître plus vieux; donner les caractères (physiques, moraux) de la vieillesse. « il avait sur la figure une de ces lassitudes qui vieillissent d'un an, en un jour, le visage d'un homme » (Goncourt). Ce vêtement la vieillit. Pronom. Elle se vieillit à plaisir.
2Attribuer à (qqn) un âge supérieur à son âge réel. Je n'ai que quarante-neuf ans, vous me vieillissez d'un an !
⊗ CONTR. Rajeunir.

vieillir verbe intransitif (de vieil) Prendre de l'âge, aller peu à peu vers une période plus avancée de sa vie : Chaque jour qui passe nous fait vieillir. Paraître plus vieux, donner l'impression d'avoir un âge plus avancé : Qu'est-ce qu'elle a vieilli depuis que je l'ai vue ! Passer de la force de l'âge, de la maturité, à la période décroissante qui suit : Nous vieillirons ensemble. Être atteint par les signes habituels de la vieillesse : Il a vieilli de corps mais pas d'esprit. Rester très longtemps dans un métier, une fonction, etc. : Vieillir dans l'Administration. Voir s'élever la moyenne d'âge des membres d'un groupe : Population qui vieillit. Être atteint par les marques du temps : Le papier a vieilli, jauni. Perdre de sa modernité, de son actualité : Une théorie qui a vieilli. Acquérir des qualités particulières par une conservation plus ou moins longue : Laisser vieillir un vin.vieillir (citations) verbe intransitif (de vieil) Louis Aragon Paris 1897-Paris 1982 Un beau soir l'avenir s'appelle le passé C'est alors qu'on se tourne et qu'on voit sa jeunesse. Le Nouveau Crève-Cœur Gallimard Alexandre Arnoux Digne 1884-Paris 1973 Ne vieillis que dans la plus faible mesure. Il s'agit de mourir jeune. Études et Caprices Albin Michel Robert Brasillach Perpignan 1909-Montrouge 1945 La jeunesse attend toujours d'un nouveau dieu, d'un nouveau chef ce qu'elle n'obtiendra qu'à force de vieillir. La Reine de Césarée Plon François Carcopino-Tusoli, dit Francis Carco Nouméa 1886-Paris 1958 Hélas ! la grande tristesse actuelle est que les choses n'ont pas le temps de vieillir. Rendez-vous avec moi-même Albin Michel Émile Michel Cioran Răşinari, près de Sibiu, 1911-Paris 1995 En vieillissant, on apprend à troquer ses terreurs contre ses ricanements. Syllogismes de l'amertume Gallimard Sidonie Gabrielle Colette Saint-Sauveur-en-Puisaye, Yonne, 1873-Paris 1954 Quand je n'aurais appris qu'à m'étonner, je me trouverais bien payée de vieillir. Prisons et paradis Ferenczi Eugène Grindel, dit Paul Eluard Saint-Denis 1895-Charenton-le-Pont 1952 Vieillir c'est organiser Sa jeunesse au cours des ans. Poésie ininterrompue, Ailleurs, ici, partout Gallimard Louise Labé, surnommée la Belle Cordière Lyon vers 1524-Parcieux-en-Dombes 1566 Je ne souhaite encore point mourir. Mais quand mes yeux je sentirai tarir, Ma voix cassée, et ma main impuissante, Et mon esprit en ce mortel séjour Ne pouvant plus montrer signe d'amante : Prierai la Mort noircir mon plus clair jour. Sonnets, XIII François, duc de La Rochefoucauld Paris 1613-Paris 1680 En vieillissant on devient plus fou et plus sage. Maximes Robert Mallet 1915 Avec l'âge, ne pas achever peut donner l'illusion d'entreprendre encore. Apostilles Gallimard André Malraux Paris 1901-Créteil 1976 On ne voit vieillir que les autres. Les Chênes qu'on abat Gallimard Pablo Ruiz Picasso Málaga 1881-Mougins 1973 Nos morts continuent à vieillir avec nous. Cité par Pierre de Champris dans Ombre et soleil Gallimard Jean Rostand Paris 1894-Ville-d'Avray 1977 Académie française, 1959 Le vieillissement est d'autant plus actif que l'être est plus jeune. Ce qui vieillit le moins vite, c'est le vieillard. Pensées d'un biologiste Stock Charles Augustin Sainte-Beuve Boulogne-sur-Mer 1804-Paris 1869 Le talent de la plupart des hommes se termine par un défaut qui se prononce et marque de plus en plus en vieillissant. Causeries du lundi Paul-Jean Toulet Pau 1867-Guéthary 1920 Il y a des femmes qui plus elles vieillissent et plus elles deviennent tendres. Il y a aussi les faisans. Les Trois Impostures Émile-Paul Théocrite Syracuse vers 300-vers 250 avant J.-C. Ceux qui soupirent vieillissent en un jour. Idylles, XII, 2 (traduction Legrand) Cesare Pavese Santo Stefano Belbo, Cuneo, 1908-Turin 1950 Il y a quelque chose de plus triste que de vieillir : c'est de rester enfant. C'è qualcosa di più triste che invecchiare, ed è rimanere bambini. Le Métier de vivrevieillir (synonymes) verbe intransitif (de vieil) Paraître plus vieux, donner l'impression d'avoir un âge plus avancé
Contraires :
Être atteint par les marques du temps
Contraires :
Acquérir des qualités particulières par une conservation plus ou moins...
Synonymes :
- mûrir
vieillir verbe transitif Faire devenir quelqu'un rapidement vieux : Les malheurs l'ont vieilli. Faire paraître quelqu'un plus vieux qu'il n'est : Cette coiffure le vieillit. Attribuer à quelqu'un un âge plus avancé que son âge réel. Soumettre un vin au vieillissement. Faire subir à un alliage un traitement de vieillissement pour modifier ses caractéristiques mécaniques.

vieillir
v.
rI./r v. intr.
d1./d Devenir vieux. Il commence à vieillir.
d2./d être marqué par l'âge; paraître âgé. La peur de vieillir.
d3./d Perdre de sa force, de son efficacité avec le temps. Ce film a vieilli depuis sa sortie.
d4./d Acquérir certaines qualités par l'effet du temps (surtout en parlant de substances alimentaires). Ce vin a besoin de vieillir.
rII./r v. tr.
d1./d Rendre vieux; faire paraître plus vieux, vieux avant le temps. Cette coiffure la vieillit. Procédés pour vieillir les copies de masques anciens.
|| v. Pron. Jeune homme qui porte la moustache pour se vieillir.
d2./d Attribuer à (qqn) un âge supérieur à son âge réel.
|| v. Pron. Il s'est vieilli de deux ans pour qu'on l'engage à ce poste.

⇒VIEILLIR, verbe
A. — Empl. intrans.
1. [Le suj. désigne une pers.]
a) [Relativement à l'avance normale du temps]
) Prendre de l'âge, aller progressivement vers la vieillesse. Synon. avancer en âge, prendre de la bouteille. Vieillir de jour en jour.
— [Sans compl.] Je vieillis, voilà les dents qui s'en vont, et les cheveux qui bientôt seront en allés. Enfin! pourvu que la cervelle reste, c'est le principal (FLAUB., Corresp., 1853, p. 145). J'ignorais encore (...) cette diminution progressive qui s'appelle vieillir, et l'apaisement de tout instinct, et les abandons multiples par lesquels l'homme déchu de sa jeunesse devient le complice de sa propre mort (GREEN, Autre sommeil, 1931, p. 154).
Vieillir de + subst. indiquant l'obj. du vieillissement. Quand on vieillit de corps, et que l'âme reste jeune, on trouve difficilement quelqu'un avec qui l'on puisse s'entendre (DELÉCLUZE, Journal, 1827, p. 466).
En partic. Vieillir en subissant plus ou moins les assauts du temps et les altérations physiques et morales propres à la vieillesse. Vieillir bien, mal. Le duc de Guermantes, dont j'avais admiré, en le regardant assis sur une chaise, combien il avait peu vieilli bien qu'il eût tellement plus d'années que moi (PROUST, Temps retr., 1922, p. 1047).
) Avancer en âge, sans être vieux pour autant. C'était loin déjà ce temps-là qu'on était arpètes ensemble... Merde! Ce que ça vieillit vite un môme! (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 475).
) DÉMOGR. [Le suj. désigne une population] ,,Comporter, proportionnellement, un nombre croissant de personnes âgées`` (Lar. Lang. fr.). Le dilemme croître ou vieillir, encore d'actualité pour certaines populations, ne comportera bientôt pour tous que le second terme de l'alternative (PRESSAT Démogr. 1979).
b) [Relativement à certaines circonstances ralentissant ou précipitant les effets de la vieillesse]
) [L'accent est mis sur la dégradation physique] Synon. se décatir, décliner, se décrépir. Vieillir rapidement, soudainement, à vue d'œil, d'heure en heure. Il y est resté, il y a vécu, il y a vieilli avant l'âge, il s'y est éteint (SENANCOUR, Obermann, t. 1, 1840, p. 201).
— Souvent p. exagér. Vieillir de dix ans, vingt ans... Il semblait qu'elle eût vieilli tout d'un coup de dix ans dans son agonie (ZOLA, Page amour, 1878, p. 1062). Je l'avais encore vue la semaine dernière. En trois jours elle a vieilli de dix ans (PÉGUY, Myst. charité, 1910, p. 93).
) [L'accent est mis sur l'expérience acquise avec l'âge] Apprendre, c'est vieillir, disait-elle, et l'enfant Se nourrira trop tôt du fruit que Dieu défend (DESB.-VALM., Élégies, 1859, p. 5).
P. plaisant. Alors, qu'est-ce que t'as fait?J'ai vieilli (QUENEAU, Zazie, 1959, p. 253).
c) [Le suj. désigne une partie du corps] Subir les effets du vieillissement
) physique ou physiologique. Visage qui vieillit. L'activité de croissance des tissus diminue aussi avec l'âge. (...). Certains tissus (...) vieillissent plus vite que les autres (CARREL, L'Homme, 1935, p. 197). Ah! la belle vieille dame, la jeune vieille dame; et comme le corps sait dignement vieillir quand une âme le soutient (COLETTE, Pays connu, 1949, p. 109).
) psychique. J'ai de pauvres idées comme une troupe d'oies dispersées. Et c'est le cerveau qui vieillit (RENARD, Journal, 1910, p. 1231).
d) P. ext.
) S'attarder, rester longtemps au même endroit. Synon. fam. moisir. La tourmente approchait toujours.Il ne faut pas vieillir ici, dit le guide (TOEPFER, Nouv. genev., 1839, p. 350).
) [Gén. sous la forme vieillir dans] Passer de longues années au même poste, occuper longtemps le même emploi. Cette gueuse de presse, malgré les dégoûts du métier, est une sacrée puissance, une arme invincible aux mains d'un gaillard convaincu... Mais, si je suis forcé de m'en servir, je n'y vieillirai pas, ah! non! (ZOLA, L'Œuvre, 1886, p. 175). Le journalisme est une école de bon sens (...) ceux qui ont vieilli dans ce métier apprennent à juger les événements et les hommes (L. DAUDET, Brév. journ., 1936, p. 216).
Vieillir sous le harnois. Vieillir dans le métier des armes et, p. ext., dans toute autre fonction. Synon. blanchir sous le harnais. Je compris enfin que c'était un vrai guide et n'eus pas honte de lui offrir vingt sous qu'il accepta avec l'indifférence d'un qui a vieilli sous le harnois (RENARD, Journal, 1898, p. 501).
2. [Le suj. désigne un inanimé concr.]
a) [Avec une valeur dépréc.]
) Se dégrader, s'abîmer, s'user, se détériorer progressivement avec le temps. Ce coin avait cruellement vieilli. Il vit le mur rongé de mousse, le tapis d'herbe brûlé par la gelée, les tas de planches pourries par les eaux (ZOLA, Fortune Rougon, 1871, p. 310). La machine, quand l'homme n'est plus là pour la rafistoler, la régler, la badigeonner, vieillit à une allure vertigineuse. Ces voitures, ce soir, paraîtront âgées de mille années. Il me semble assister à l'agonie de la machine (SAINT-EXUP., Pilote guerre, 1942, p. 321).
) Se démoder, être dépassé. « Madame, » tout vieillit vite en France; chaque jour ouvre de nouvelles chances à la politique et commence une autre série d'événements (CHATEAUBR., Mém., t. 4, 1848, p. 58). Ces parquets de noyer brillant, ces tables massives qui pouvaient traverser les siècles sans se démoder ni vieillir (SAINT-EXUP., Courr. Sud, 1928, p. 35).
b) [Sans valeur dépréc.]
) [Le suj. désigne une chose] Prendre la patine du temps, en résistant aux atteintes du vieillissement. Grâce à elle, l'appartement modeste vieillissait sans trop déchoir (COLETTE, Gigi, 1944, p. 39).
) [Le suj. désigne un végét.] Mûrir puis s'acheminer vers l'étape finale de dessèchement et de mort. Quand l'ortie est jeune, la feuille est un légume excellent; quand elle vieillit, elle a des filaments et des fibres comme le chanvre et le lin (HUGO, Misér., t. 1, 1862, p. 206).
— [Dans un cont. métaph.] La reconnaissance des gens (...) est un fruit qu'il faut cueillir à temps.Si on le laisse vieillir sur l'arbre, il ne tarde pas à moisir (ROLLAND, J.-Chr., Antoinette, 1908, p. 847).
c) Spécialement
) [Le suj. désigne un alliage; corresp. à vieillissement C 1 a] Subir les effets du vieillissement. (Ds PEYROUX Techn. Métiers 1985).
) ŒNOL. [Le suj. désigne un vin ou un spiritueux] Acquérir certaines qualités sous l'effet du temps ou des conditions spéciales de vieillissement et de conservation auxquelles le vin est soumis. Les grands vins vieillissent, mis en masses, sur pointe, dans les berceaux (HAMP, Champagne, 1909, p. 158).
Faire vieillir (un vin, un alcool). Le soumettre à une des méthodes de vieillissement. On vient de découvrir une manière de coller les vins qui les fait vieillir de quatre ans en moins de quinze jours (JOUY, Hermite, t. 2, 1812, p. 156).
d) LITT., LING., BEAUX-ARTS
) Sortir progressivement de l'usage, tomber en désuétude. Sens, style qui vieillit. Ossian n'est plus guère à la mode (...). Je conçois que la forme de ses poèmes ait vieilli et que leur phraséologie semble désormais caduque (GOBINEAU, Pléiades, 1874, p. 207).
) Passer de mode, ne plus correspondre aux goûts et aux aspirations d'une époque plus moderne. Genre, ouvrage, peinture, texte qui vieillit/a vieilli. La musique de Cimarosa a vieilli. Les oreilles sont tellement façonnées au rythme saccadé des productions de Rossini que la largeur de son prédécesseur paraît être de la monotonie (DELÉCLUZE, Journal, 1825, p. 132). Relu des nouvelles de Balzac, non sans une grande admiration, mais ce qui a vieilli chez lui a mal vieilli (GREEN, Journal, 1948, p. 213).
3. [Le suj. désigne un inanimé abstr.]
a) Ne plus être adapté aux exigences et aux conditions de la vie moderne. Idée, science, société qui vieillit. Ce qui vieillit dans l'Église, ce sont les structures, édifiées par l'homme et périssables (MAURIAC, Nouv. Bloc-Notes, 1960, p. 286).
b) S'émousser, perdre de sa vigueur avec le temps. Notre amour vieillissait, un jour il mourrait sans avoir vécu (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 397).
B. — Empl. trans.
1. [Le compl. désigne une pers.]
a) Rendre (quelqu'un) (plus) vieux, accélérer le processus du vieillissement. Le chagrin, la douleur, l'épreuve, la fatigue, la maladie vieillit. Que veux-tu! Ça vous vieillit un homme que d'être dans la misère et d'avoir toujours soif! (HUYSMANS, Marthe, 1876, p. 130).
Vieillir de + nombre d'années. À la vérité, le contrecoup de cette grande résolution avait été de la vieillir de dix ans (STENDHAL, Chartreuse, 1839, p. 437).
— [Le compl. désigne une partie du corps] L'usage des stimulans vieillit nos organes (SENANCOUR, Obermann, t. 2, 1840, p. 92).
b) Faire paraître (quelqu'un) plus âgé qu'il ne l'est réellement.
) [Le suj. désigne une circonstance précise, un détail physique ou vestimentaire] Il a des lunettes qui l'enlaidissent et (...) vieillissent beaucoup (GYP, Souv. pte fille, 1927, p. 45). Ses cheveux étaient bien rangés mais elle n'avait pas dessiné ses sourcils et cette espèce de calvitie la vieillissait bizarrement (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 470).
) [Le suj. désigne une pers.] Attribuer à une personne un âge supérieur à son âge réel. Le chroniqueur, qui me vieillit d'un an, me félicite d'avoir fondé des hôpitaux et des asiles dans l'Amérique du Sud (LARBAUD, Barnabooth, 1913, p. 104).
PEINT. Rubens, dont la manière est très formelle, vieillit ses femmes et ses enfants (DELACROIX, Journal, 1857, p. 16).
2. [Le compl. désigne un inanimé]
a) Rendre plus vieux, dégrader ou patiner avec le temps. Des pierres blanches à grande taille, vieillies par le temps (PESQUIDOUX, Livre raison, 1925, p. 223).
b) Spécialement
) ÉBÉN., MAÇONN., MENUIS. Vieillir un bois, un meuble, un mur. Lui donner l'aspect du vieux en utilisant une technique spéciale. Les murs sont d'un crépi roussâtre qu'on a vieilli en y passant un jus (MORAND, New-York, 1930, p. 180).
) ŒNOL. Vieillir un vin. Le laisser reposer et se bonifier avec le temps; le soumettre aux techniques de vieillissement des vins. Des scories semblables à celles que les restaurateurs inventent pour vieillir des bouteilles adultes (BALZAC, Cous. Pons, 1847, p. 176).
3. Empl. pronom. réfl. [Le suj. désigne une pers.]
a) S'habiller, s'arranger de manière à donner aux autres l'impression d'avoir un âge supérieur à son âge réel. Quel âge avait-elle? Quarante ans? Oui, quarante ans. — Elle n'était pas vieille, cette fille, elle se vieillissait. Je fus soudain frappé par cette remarque. Elle se coiffait, s'habillait, se parait ridiculement, et, malgré tout, elle n'était point ridicule (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Mlle Perle, 1886, p. 630). Elle s'appelait Charlotte et défaisait pour se vieillir l'ourlet de ses robes qu'elle jugeait trop courtes (GREEN, Journal, 1934, p. 284).
b) Tricher sur son âge réel en s'attribuant un âge plus avancé. — Savez-vous qu'ils sont rares, de nos jours, ceux qui atteignent la quarantaine sans vérole et sans décorations! Lilian sourit en haussant les épaules:Pour faire un mot, il consent à se vieillir! (GIDE, Faux-monn., 1925, p. 1050).
REM. 1. Vieillir, subst. masc., rare, littér. Fait de vieillir, de prendre de l'âge. Il y a une joie dans le vieillir, s'écrie-t-il, (...) qui m'est révélée aujourd'hui (BERNANOS, Soleil Satan, 1926, p. 300). 2. Bien-vieillir, subst. masc. La clé du « bien-vieillir », c'est l'hygiène de vie physique et mentale (Le Point, 24 nov. 1980, p. 91, col. 1). 3. Savoir-vieillir, subst. masc. La retraite, comme le sexe, ça s'apprend en dix leçons. Les guides de la retraite heureuse et autres manuels du savoir-vieillir en témoignent (Le Nouvel Observateur, 2 mai 1977, p. 69, col. 2).
Prononc. et Orth.:[], [-], (il) vieillit [vjeji], [--]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1225 « prendre de l'âge (d'une personne) » (Huon de Bordeaux, éd. P. Ruelle, 3581); b) 1559 « perdre de sa force (d'une passion) » (AMYOT, Sylla, 15 ds LITTRÉ); c) 1647 « n'être plus guère en usage (d'un mot) » (VAUG., p. 129); d) 1812 en partic. d'un vin (JOUY, loc. cit.); 2. a) 1225-30 trans. (GUILLAUME DE LORRIS, Rose, éd. F. Lecoy, 385: li tens, qui tot a emballie de gent vellir, l'avoit vellie si durement); b) 1872 (LITTRÉ: Vous me vieillissez, je n'ai pas encore soixante ans); 3. a) ca 1542 « trouver le temps long, s'ennuyer (cf. se faire vieux) » (MAROT, Colloque d'Erasme, éd. C. A. Mayer, t. 6, p. 268); b) 1560 « demeurer longuement, passer du temps à quelque chose » (J. GRÉVIN, L'Olimpe ds Théâtre, éd. L. Pinvert, p. 266: vieillir sur un livre). Dér. de vieil, v. vieux , dés. -ir; cf. 1160-74 viescir « s'user (en parlant de tissu) » (WACE, Rou, éd. A. J. Holden, III, 134) dér. de viez (lat. vetus), v. vieux. Fréq. abs. littér.:1 035. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 1 270, b) 1 341; XXe s.: a) 1 448, b) 1 727.

vieillir [vjɛjiʀ] v.
ÉTYM. 1155, « s'user »; de vieil. → Vieux.
———
I V. intr.
1 Prendre de l'âge, s'approcher de la vieillesse; continuer à vivre, vivre alors qu'on est déjà vieux. Avancer (en âge), retour (fam., être sur le retour). → Assagir, cit. 1; 1. flétrir, cit. 16. || Plus on vieillit, plus il faut s'occuper (→ Oisiveté, cit. 2). || « L'on espère (cit. 18) de vieillir, et l'on craint la vieillesse ». || Vieillir dans sa famille, dans son pays, y passer sa vieillesse. — ☑ Loc. Savoir vieillir : savoir s'adapter aux conditions de son âge, supporter son âge (→ Jeune, cit. 11 et 12). || Bien, mal vieillir (→ Main, cit. 45).
1 Quel fruit de ce labeur pouvez-vous recueillir ?
Autant qu'un patriarche il vous faudrait vieillir.
La Fontaine, Fables, XI, 8.
2 Elle eut cet art si rare de vieillir, non seulement sans chagrin, mais avec gaieté.
Th. Gautier, Portraits contemporains, « Sophie Gay ».
2 (Mil. XVIe, Du Bellay). Demeurer longuement (dans un état, une situation…). || Vieillir sur les livres (→ Étude, cit. 1), dans un métier (→ Blanchir sous le harnais). || Vieillir dans l'habitude (cit. 10) de…
3 Dans une longue enfance ils l'auraient fait vieillir.
Racine, Britannicus, I, 2.
Vx. Tarder, traîner. || « Ne vieillissez point en chemin » (Guez de Balzac, IV, 12).
3 (Fin XVe, Commynes). Acquérir les caractères de la vieillesse; changer par l'effet du vieillissement. Décatir (se), décliner (supra cit. 9). || Elle vieillit beaucoup en ce moment (→ Immuable, cit. 10). || Il ne vieillissait pas (→ Roux, cit. 6). || Il a bien vieilli, → (fam.) Il a pris un coup de vieux.Par exagér. || J'ai vieilli, j'ai l'impression d'avoir vieilli de dix ans.
4 L'homme sage mûrit et ne vieillit pas.
Hugo, Post-Scriptum de ma vie, « Tas de pierres », V.
4.1 Son mari ajouta :
— Oh ! il fait comme nous, il vieillit. Il vieillit même ferme en ce moment. Je crois d'ailleurs que les célibataires tombent tout d'un coup. Ils ont des chutes plus brusques que les autres. Il a, en effet, beaucoup changé.
Maupassant, Fort comme la mort, éd. 1889, p. 329.
4.2 Mme Santeuil dit : « Mais aussi, tu sais, c'est que nous avons beaucoup marché », car elle ne veut pas lui laisser deviner sa pensée : qu'il n'est plus capable des efforts d'autrefois, qu'il vieillit. Alors tandis qu'il souffle, le regardant pendant qu'il ne la voit pas, elle voit devant elle ce corps qui chaque jour se courbe, peut moins, les cheveux qui sont devenus plus blancs, elle l'embrasse d'un regard infini de tendresse et de désespoir.
Proust, Jean Santeuil, Pl., p. 876.
(Sujet n. de chose). Changer d'aspect par le fait de l'âge. || Visage qui vieillit, change (→ Meurtrir, cit. 7; et aussi métamorphose, cit. 11).Fig. || « Le cœur seul ne vieillit pas (…) » (Flaubert, Correspondance, t. IV, p. 332).
Biol. Subir les modifications organiques du vieillissement. Vieillissement.Par anal. (En parlant des animaux, des végétaux). → Ortie, cit.; rajeunissement, cit.
4 (XVIe). Par anal. ou par métaphore. (Sujet n. de chose). Perdre de sa force, de son intérêt; devenir plus faible avec le temps, l'âge; ou simplement (du sens 1.), évoluer avec le temps (→ Aristocratie, cit. 5). || Les religions s'apaisent (cit. 23) en vieillissant.Livre, philosophie, doctrine qui vieillit, ne vieillit pas (→ Matérialisme, cit. 2; temps, cit. 15). || Ce film a beaucoup vieilli.Les impressions (cit. 25), les sentiments vieillissent (→ 1. Mode, cit. 4).
5 Vous dont j'ai pu laisser vieillir l'ambition
Dans les honneurs obscurs de quelque légion.
Racine, Britannicus, I, 2.
6 (…) chez les peuples vieillis il n'y a plus rien à décrire que la nature, qui ne vieillit jamais.
Ch. Nodier, Contes, « Trilby », Préface.
(1647, Vaugelas). Sortir de l'usage, être en voie de disparition (→ Couronne, cit. 1). || Mot (cit. 6), expression, locution qui vieillit.
5 (1835, Académie). Acquérir certaines qualités, par le temps. || Laisser, faire vieillir un fromage ( Affiner, mûrir), du vin, des alcools. || Ce vin vieillit mal, il faut le boire jeune.
———
II V. tr. (XIIIe).
1 (Sujet n. de chose : qqch. vieillit qqn). Rendre plus vieux; faire paraître plus vieux; donner les caractères (physiques, moraux) de la vieillesse. || Le stigmate (cit. 2) qui la vieillit avant l'âge. || Les soucis, la fatigue l'avaient vieilli prématurément.Par ext. || Vieillir le caractère (→ Rajeunir, cit. 3). || Le mariage et la province vieillissent étonnamment (cit.) un homme.Fig. || La rapidité des modes, qui vieillit tout d'une année à l'autre (→ Propreté, cit. 1).
7 (…) il avait sur la figure une de ces lassitudes qui vieillissent d'un an, en un jour, le visage d'un homme.
Ed. et J. de Goncourt, Sœur Philomène, XLV.
Faire paraître plus âgé. || Cette robe, cette coiffure la vieillit. || « Elle ne voulait plus en entendre parler (…) de la guerre (…) Ça la vieillissait » (→ 1. Tac, cit. 2).Pron. || On dirait qu'elle se vieillit à plaisir.
7.1 Elle n'était pas vieille, cette fille, elle se vieillissait.
Maupassant, Mlle Perle, Pl., t. II, II, p. 673.
2 (1872, in Littré; sujet n. de personne). Attribuer à (qqn) un âge supérieur à son âge réel. || Je n'ai que quarante-neuf ans, vous me vieillissez d'un an !
8 Un certain nombre de verbes (…) prennent la valeur objective pour signifier qu'on donne à l'objet la qualité exprimée par le radical, ainsi : vieillir une dame, c'est lui attribuer, lui faire avoir un âge qu'elle n'a pas réellement.
F. Brunot, la Pensée et la Langue, p. 312.
——————
vieilli, ie p. p. adj. REM. Avec le p. p. adj. on emploie le v. être (cette tournure est vieillie), alors que le verbe prend l'auxiliaire avoir (cette tournure a vieilli).
1 (Fin XVIIe, La Bruyère). Qui est entré dans la vieillesse (1.). → Fidèle, cit. 14.
2 (Fin XVIIe, Cardinal de Retz). Qui est demeuré longtemps dans un état. || Vieilli dans le sérail (cit. 2). || Vieilli dans un métier : expérimenté.
3 (1756, Voltaire). Qui est marqué par l'âge. || Vieilli plutôt que vieux (→ Dévaster, cit. 5; refuser, cit. 2). || Un peu vieilli, racorni (cit. 2), rabougri (cit. 4). || Elle n'était plus qu'une femme vieillie, usée.Visage vieilli, prématurément vieilli. Défraîchi, flétri.
4 (Choses). Qui a perdu de sa force, de son intérêt, est sorti d'usage. Dépassé, suranné, usé. || Formules vieillies (→ Replâtrage, cit. 2). || Coutumes vieillies, préjugés vieillis.Mots, termes vieillis, qui tombent en désuétude (cit. 4), sans être absolument écartés de l'usage normal (on dit alors : vieux).Un vin mal vieilli.
CONTR. Conserver (se), rajeunir.
DÉR. Vieillissant, vieillissement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • vieillir — Vieillir. v. n. Devenir vieux. Nous vieillissons tous les jours. cet homme n amende point pour vieillir. il a vieilli dans le service, dans les affaires. il a vieilli sous le harnois. Il sign. aussi, Paroistre vieux avant le temps. Il a bien… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • vieillir — (vié llir, ll mouillées, et non vié yir) v. n. 1°   Devenir vieux. •   De quel front, immolant tout l État à ma fille, Roi sans gloire, j irais vieillir dans ma famille, RAC. Iph. I, 1. •   Un homme qui serait en peine de connaître s il change, s …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • VIEILLIR — v. intr. Devenir vieux. Cet homme commence à vieillir. Cette femme est désespérée de vieillir. Vieillir sous le harnois, Vieillir dans le métier des armes ou, par extension, dans un métier quelconque. Vieillir dans un emploi, dans un poste, Y… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • VIEILLIR — v. n. Devenir vieux. Cet homme commence à vieillir. Cette femme est désespérée de vieillir. Il a vieilli dans le service, dans les affaires. Il a vieilli sous le harnais. Cet homme n amende point pour vieillir. VIEILLIR, se dit aussi De certaines …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • vieillir — vi. dèmnyi // s fére vieillir vyò <devenir // se faire vieillir vieux> (à accorder) (Albanais.001), vni vyò (Saxel) ; vyélyi (001, Villards Thônes) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • vieillir — (v. 2) Présent : vieillis, vieillis, vieillit, vieillissons, vieillissez, vieillissent ; Futur : vieillirai, vieilliras, vieillira, vieillirons, vieillirez, vieilliront ; Passé : vieillis, vieillis, vieillit, vieillîmes, vieillîtes, vieillirent ; …   French Morphology and Phonetics

  • se vieillir — ● se vieillir verbe pronominal Se faire paraître vieux ou plus vieux : Acteur qui s est vieilli pour les besoins du film. Se dire plus vieux qu on ne l est …   Encyclopédie Universelle

  • Clint Eastwood — Pour les articles homonymes, voir Eastwood. Clint Eastwood …   Wikipédia en Français

  • Déprise (sociologie du vieillissement) — Pour les articles homonymes, voir Déprise. Le concept de déprise permet d envisager la renonciation à certains contacts sociaux comme un compromis en vue de sauvegarder les relations personnelles essentielles et les complicités …   Wikipédia en Français

  • Déprise inquiète — Déprise (sociologie du vieillissement) Pour les articles homonymes, voir Déprise. Le concept de déprise permet d envisager la renonciation à certains contacts sociaux comme un compromis en vue de sauvega …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.